Spécialiste de la crème à la bave d'escargot (baba de caracol) soin et régénération de la peau visage et corps

Curcudyn: curcuma et gingembre: souplesse des articulations, des muscles et cartilage

(Code: CURCUDYN)

Envoyer à un ami
Ajouter aux favoris
25,90 EUR
En Stock
Ajouter au Panier
Curcudyn: curcuma et gingembre: souplesse des articulations, des muscles et cartilageCurcuma et gingembre: souplesse des articulations, des muscles et cartilage
CurcuDyn® contient un extrait de curcuma et des extraits de gingembre qui contribuent au maintien d’articulations souples. CurcuDyn® contient aussi de la vitamine D qui contribue au maintien d’un fonctionnement normal des muscles, et de la vitamine C qui favorise une formation normale de collagène pour une fonction normale du cartilage et des vaisseaux sanguins.

Grâce à la technologie de la solubilisation, le curcuma dans CurcuDyn est bio-optimisé, ce qui signifie qu'il est jusqu'à 185x mieux absorbé par l'organisme que l'extrait de curcuma non traité et jusqu'à 1350x mieux absorbé qu'une poudre standard de curcuma (rhizome).
Mode d’emploi :2 gélules par jour qui contiennent 100 mg de curcumine active. Grâce à sa haute disponibilité, cette dose suffit pour être efficace.
Pas d'effets secondaires, pas d'irritation de la paroi gastro-intestinale.
Seule contre indication éventuelle: en cas d'usage d'anticoagulants oraux, il est conseillé de parler de l'usage de CurcuDyn à votre médecin traitant.
Curcudyn boîte de 60 gélules de 78 gr

Alors qu’en Asie ces plantes (appartenant à la famille des zingibéracées) sont utilisées depuis des millénaires pour soigner, il en est tout autrement dans les pays occidentaux. Nous avons tous entendu parler des vertus aphrodisiaques du gingembre mais cette vertu est bien anecdotique par rapport à tout ce dont il est capable.
Le curcuma est loin d’être en reste. Sa notoriété, plus que méritée, fait de lui un allié santé incontournable!
Dans les deux cas, la partie qui nous intéresse est le rhizome. Et particulièrement ses polyphénols. Les principaux composés actifs du gingembre sont les gingérols, alors que ceux du curcuma sont les curcuminoïdes (dont le principal est la curcumine).

Le curcuma, appelé aussi l’or de L’Inde, fait l’objet de milliers d’études; tant ses vertus sont exceptionnelles.
La curcumine a la capacité d’agir sur des dizaines de cibles moléculaires aux fonctions très variées (facteurs de transcriptions, cytokines pro-inflammatoires, enzymes, facteurs de croissance, kinases, récepteurs, molécules d’adhésion, protéases anti-apoptotiques…) et qui concernent de très nombreux organes.
Ces deux caractéristiques majeures lui confèrent des propriétés anti-cancer exceptionnelles, qui ont été démontrées à tous les stades de développement,à savoir de l’initiation du cancer au développement de métastases.
De plus, la curcumine permet aussi d’augmenter la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et/ou à la radiothérapie, améliorant ainsi l’efficacité de certains traitements.
L’inflammation et l’oxydation sont aussi particulièrement impliquées dans l’étiologie des pathologies cardiovasculaires. Outre ses effets antioxydants, anti-inflammatoires et anti-cancer, le curcuma est aussi immuno-modulateur, hépato-protecteur, antiacide, hypocholestérolémiant, détoxifiant, anti-diabète…
Bref, la liste est longue.

CELA NE FAIT AUCUN DOUTE!LE CURCUMA ET LE GINGEMBRE FONT VRAIMENT LA PAIRE
Pour profiter des bienfaits d’une molécule, encore faut-il que celle-ci soit absorbée. Le curcuma n’échappe pas à cette règle. Sous sa forme naturelle, la biodisponibilité du curcuma est malheureusement très faible. Il faudrait dès lors en ingérer des quantités très importantes pour profiter de ses bienfaits.
Diverses stratégies et processus sont dès lors élaborées afin d’augmenter l’absorption des principes actifs du curcuma et donc sa biodisponibilité. Un des processus technologiques fait appel à l’usage de solubilisas; jusqu’à ce jour la façon la plus efficace pour augmenter la biodisponibilité.
Cette technologie consiste à incorporer les curcuminoïdes dans des structures micelles augmentant 185x leur biodisponibilité comparé à un extrait non traité de curcuma et 1350x comparé à une poudre de curcuma standard (rhizome).
Ses effets sont tellement nombreux, qu’il serait bien sûr impossible de les énumérer tous.
 Les principaux sont:
• La curcumine inhibe NF-κB. Or, ce dernier contrôle l’expression de gènes codant pour des cytokines pro-inflammatoires, des réponses auto-immunes, la prolifération cellulaire, l’apoptose ou encore des molécules d’adhérence. C’est à travers cette action inhibitrice de NF-κB que la curcumine joue certainement son plus grand rôle anti-inflammatoire.
La curcumine est aussi capable  d’inhiber la cyclooxygénase-2 (plus familièrement appelée COX-2) enzyme clé de l’inflammation et de la douleur, puisqu’elle permet la synthèse de prostaglandines PG2.
• La curcumine présente une large activité antioxydante. Reconnue comme antioxydant plus efficace que la vitamine E (au rôle malgré tout incontournable), elle augmente également l’activité du glutathion.
Une stratégie supplémentaire est d’associer le gingembre au curcuma. Et ce pour diverses raisons. L’ingestion concomitante de ces deux épices augmente l’absorption de la curcumine, mais en plus, elle en potentialise l’effet hépato-protecteur et l’effet anti-inflammatoire (tant au niveau digestif, musculaire qu’articulaire).

Ramadan et son équipe ont ainsi montré que chez des rats atteints d’arthrose rhumatoïde, le duo gingembre-curcuma est de 38% plus efficace qu’un anti-inflammatoire non stéroïdien pour, entre autres, ralentir ou atténuer la perte de poids, les modifications histologiques des articulations de la cheville, l’anémie ferriprive, l’altération de la fonction rénale et le risque cardiovasculaire.
Tous ces effets protecteurs étant principalement médiés par une diminution de l’inflammation systémique également présente dès l’apparition d’une polyarthrite, d’un stress oxydatif ou d’une dyslipidémie.

Concernant la maladie d’alzheimer, une première étude avait souligné une nette amélioration des patients atteints d’Alzheimer après trois mois de supplémentation en curcumine (extraite du curcuma). Une nouvelle étude reconnaît aujourd’hui la capacité de la curcumine à détruire les plaques de bêta-amyloïdes, responsables de la maladie d’Alzheimer. Mais comment accéder au cerveau à travers la barrière hémato-encéphalique ? Des chercheurs japonais viennent peut-être de trouver une solution en développant un médicament qui s’inhalerait via un aérosol. Les premiers résultats laissent penser que la molécule pénètre ainsi mieux le cerveau qu’avec une injection intraveineuse.
Vanderbilt University Medical Center, janvier 2015

CurcuDyn boîte de 60 gélules de 78 gr